Speak rich en tabarnaque

Ceux qui me suivent sur Facebook savent que je l’ai promis hier. Parfois la colère est si grande qu’on a juste envie de crier, mais quand je crie, ça finit souvent en poème. La littérature est empreinte de dialogismes, comme pour réconcilier l’Histoire entre les générations, s’inscrire en continuité des luttes qui nous ont précédés et réactualiser nos défis comme société, pour ne pas laisser « l’érosion enthropique du temps » (comme disait Freud) venir à bout de notre culture. J’espère donc que vous me pardonnerez ce dialogue (en toute humilité) avec le fameux Speak White de Michèle Lalonde, je n’ai pas la prétention de vous donner autant de frissons que j’en ai à chaque lecture de ce poème, mais au moins de vous donnez envie de le relire, tout en rappelant que notre passé nous rend présent.

Speak rich en tabarnaque
Sur toutes les chaînes de radios comme celles de la TiVi
Speak rich say Québec Inc
Parlez-nous du bien commun vendu au moins offrant
Des trous dans les poches de la nation
Pour que vos gaz de schiste perforent notre ignorance
Speculate on our future
Donnez-nous des chroniqueurs de foutaises
Des bourreux de crânes de nuages pelletés
Des démagogues de la condescendance érigée en système
Pour nous faire avaler la pilule de votre mépris

Speak rich en tabarnaque
Ne tournez pas vos langues de bois sept fois dans votre bouche
Coupez à blanc nos arbres à profits
Financez les multinationales à même notre trésor public
Pendant que nous peinons sous le poids de notre « juste part »
Éduquez-nous à l’investissement et à la richesse
En nous endettant jusqu’à plus soif
Pour que vos intérêts nous plient l’échine

Speak rich en tabarnaque
As if we don’t know about how you lead a financial crisis
Dites Fitch, Moody’s, Standard & Poor’s
Pour calmer notre tension du désespoir
Faites-nous croire que nous payons la dette de notre solidarité
Quand nous écopons des frais de 25 ans de libéralisme corrompu
Speak rich over our dead bodies
Because nous sommes 99% à crever de faim
Pour nourrir le Chronos du capitalisme sauvage
Speak it out loud
Because nous sommes lobotomisés par vos modèles de consommation
Nous comprenons des langages simples
Comme celui de la publicité
Nous comprenons des langages vides
Comme celui de vos discours politiques
Nous comprenons
Nous comprenons un peu trop

Speak rich en tabarnaque
Give us an American dream
Pour épancher nos plaies de capital humain
Bâillonnez nos révoltes de votre poivre démocratique
Supprimez notre honte sous la matraque des libertés individuelles
Étouffez-nous de vos droits lacrymogènes
Déformez notre cohésion sociale
Sous l’objectif propagandiste de vos mass médias
Nous parlons peu
Mais nous n’oublions pas

Speak rich en tabarnaque
From Tatcher to Reagan
In Friedman or Von Hayek’s words
Bring us to the Washington Consensus
Enlight us with the New World Order
Nous sommes fait de désordre
Et votre norme est trop petite pour nous

Speak rich
Coupez les mamelles de l’État
Excisez le peuple sous le bistouri des institutions financières
Il faut régler le pas des pauvres à coup de taux d’inflation
Align us on your axis of evil
Nous sommes dociles dans la terreur
Pris de torpeur hivernale dans vos xénophobies quotidiennes
Mais si nous nous réveillons
Si nous nous réveillons
Nous savons soulever tous les printemps du monde

Speak rich
Tell us about your « cultural révolution »
Dites-nous combien vous êtes « socialement responsables »
Que notre lexique gauche se vide de son sens
Au bénéfice de vos soliloques sourds d’idéologie dominante
Condamnez notre culture de misère à votre dédain
Parce qu’elle ne cadre pas dans votre économie du Savoir
Parce que vous craignez que la force de notre « nous »
Renverse la faiblesse de votre « je »
Quand vous vous recroquevillez sur une « majorité silencieuse »
Pour mieux nier la rumeur dont la rue est otage
Quand nos cris résonnent sur les pavés
Pour vous faire entendre qu’une autre voie est possible

Commencez-vous à comprendre
Que vous êtes seuls ?

About these ads
Comments
23 Responses to “Speak rich en tabarnaque”
  1. Y’a pas vraiment de riches au Québec, juste des esties de puants de morveux sales de ti-casses de pwel qui ont perdu leurs couilles et leur vibrisses a quelque part entre l’Afrique pis icitte en passant par la France, je crois que ça sent quelque chose comme des toast ou du micro-wave pop corn rose mais je crois qu’il va falloir être plus pénétrantes pour que la bande aide. Je suis le plasteur de Dieu, un chemin pour te rappeller que le 1 absolu de l’individu avec ses vraies barres qui ont migrées sur le dollars, ça fait un voilier, ça fait une maison, Nous sommes des bucherons, des cowboys, des pasteurs surtout nous avons navigué nos troupeau à travers milles tempêtes celle là se jouera dans la dureté de notre mental, mais le métal du mental c’est le TEFLON, cracked up garbage patched eye lids, eweye côlisse, tu vois pas que ça pu icitte et que tout le monde se rue pour acheter du Febreeze, du micro polar, des romans de gare, des chiens miniatures qui shakent moins fort que leurs instincts subvertis au vicodin, tu dors au gaz génération X tes enfants sont à la garderie parce que tu as compris que la tévé TROP c’est comme pas assez mais tu as eu la chance de tout voir, de tout avoir, de tout prendre, de te pendre si tu aimes mieux, moi l’avortement je m’en câlisse mais le suicide c’est chier dans sa saucisse, c’est le nouveau rite du sacrifice humain vivre comme une huitre sans destin ou incertain 0/1 0/1 0/1 commence à écouter du DUBSTEP dans ta bible de néon, comprends la joke du Meme  »Douche Bag » pis nettoye le donc ton COLON IRRITABLE, stackose de toutes les contribuables qui avale la moulée déjà avalée des USA Made in Chemicalz, toute sortes de pullules qui génèrent rien, je te dépluggue de tes  »habitudes » je te sors de tes sens hyjackés pis je t’envois CAMPER RYDER PRODUIRE DE LA RICHESSE ET INVENTER, vas tu tomber a terre en larmes avec les Cailloux, allez vous dansez le bacon génération Y ou vous demander POURQUOI WHY OH WHY on est rendus des dégénérés sans couleurs, sans bonheur, avec tout juste l’Art de L’humour parce qu’on a pu d’amour, parce que Vomki-eux en rire, que pleurer notre territoire de souffrance qu’on a peur de se faire enlever par le sang neuf de pays si vieux que l’écho de la magie y vibre encore, THE FUTURE IS NOW, regarde vers le Nord, ne te perds pas dans les corridors de l’hermétisme transfermé du troupeau génétiquement modifié des veaux dorment et crient pour leur lait, alors que l’appel de mai résonne, le TOCSIN, la CLOCHE, Le signal que ça peut être énorme, comme la reine abeille qui se réveille dans l’oeuf de la colonie pareille au autres dans toutes ses parties, elle s’élève dans sa royauté et tends la main à toutes les autres parties du tout, les insectes n’ont pas d’égo, ils sont tous semblable, et nous c’est pareil, je ne suis pas le génie de ce siècle, je suis la réponse à tous ces signes du malaise individuel intense qui ressort dans toutes sortes d’abérration parce que l’abnégation fait la somme attisée, l’esprit de corps malformés par une culture sans nature depuis que le gouvernement réforme à la vitesse du son, beurre ou margarine? le sais-tu toi, ce qui est bon? La DOLCE VITA! TAKE IT IT’S FREE, mais fait mieux que ceux qui t’ont menti, battu, castré de partout sur le corps, va tu te faire crisser des coups de strappe sur les mains, des cierges dans le cul de ton destin, une contravention de $500, ça j’aime mieux, ça ne me touche pas cette valeur que me donne les voleurs, je la crisserai dans le caniveaux d’or avec mes bronzes et ces autres vérités qu’on a flushé loin de ma conscience afin que dans la peur et le doute dans ce monde incertain je fasse confiance à un État Mesquin. Namaste! ALL TOGHETER! Comme Eminem et Lil Wayne. http://messagessecretspassagessacrs.blogspot.ca/ ces saletés d’amerloque locasses.

  2. Éric Samson dit :

    *clap clap clap clap clap*

  3. Quel texte! Ça m’a donné des frissons! Merci.

  4. Merci! J’ai perdu mes moyens, je n’ai plus d’autres mots. Merci.

  5. The American filth shines in my eyes, it’s the speed of life goddamitt, If I’m for Africa, I’m for WonderBra, supportons nous de façon merveilleuse, comme dans un conte de faits accomplis.
    L’important c’est le souffle et la réflexion, ça risque de se jouer sur le long, la libération d’une emprise qu’on aime acheter.

  6. Lora Zepam dit :

    Marie-Christine Lemieux-Couture, tu penses que ta poésie peut pas faire frissonner?
    Merci. J’ai tellement besoin de ça, en ce moment. Même si on était 200 000 la semaine dernière, j’ai encore besoin de sentir de la solidarité.

  7. En ce qui concerne les commentaires effacés… Si vous avez envie d’une discussion de type xénophobique et/ou raciste : prière d’aller faire ça ailleurs.

  8. Julie Dionne dit :

    Texte très inspirant! Tu vois un inconvénient a ce qu’on en fasse une lecture publique mardi? (À Sherbrooke) Tu pourrais m’envoyer ton nom complet aussi :).

    • Aucun inconvénient. La poésie, on l’oublie des fois, mais c’est fait pour se partager. Ça me fait plaisir que mon texte coure les rues et résonne dans vos voix.

      Mon nom complet : Marie-Christine Lemieux-Couture.

Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] Par ailleurs, comble du hasard qui n’existe pas mais qui fait bien les choses, j’ai lu ce magnifique texte hier en fin de journée, et je me dois de le partager avec vous: Speak rich en tabarnaque. […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :